Par son extravagance chromatique, l’Agalychnis callidryas fait partie
des grenouilles les plus photographiées au monde. Elle est même devenue
l’emblème nature du Costa Rica.
Durant la journée, cette grenouille d'environ huit centimètres, ne paie
pas de mine : d’une teinte verte fade, elle dort camouflée sous une palme,
recroquevillée sur elle-même. Mais lorsque la nuit tombe, l’Agalychnis
part à la chasse aux arthropodes: elle se réveille et dévoile son costume de
clown. Le vert de son corps s’intensifie, d’énormes yeux rouges globuleux
jaillissent de sa minuscule tête et des flancs rayés blancs et jaunes
apparaissent au dessus de ses pattes orange. Un festival de couleur !
L’Agalychnis est une grenouille arboricole qui ne descend de la
canopée qu’en période de reproduction durant la saison des pluies.
Le mâle émet des « clics » au dessus d’une petite piscine d’eau
(trou dans l’écorce d’une branche, centre d’une broméliacée…). Il
grimpe ensuite sur le dos d’une femelle pour féconder les oeufs
qu’elle déposera en grappe sur une feuille située au dessus de
l’étang improvisé. A leur éclosion, 5 à 8 jours plus tard, les têtards
tomberont directement dans l’eau et poursuivront leur
développement.
 
Habitat et mode de vie:
 
La rainette aux yeux rouges évolue dans les forêts tropicales et particulièrement dans les secteurs proches des cours d’eau.
Elle a besoin d’un très fort taux d’humidité, de l’ordre de 80 à 100%.
Le jour, elle se repose sur une feuille  ou une branche. Elle chasse la nuit.
Le menu de cette rainette se compose de divers insectes : criquets, mites, mouches, sauterelles et papillons de nuit. $
Elle peut également s’attaquer à des grenouilles de petite taille.
 
 
 
Reproduction:
 
La reproduction a lieu pendant la saison des pluies. Les accouplements se déroulent dans les arbres.
Les femelles sont alors suspendues aux feuilles.
A la saison des amours, les mâles se mettent à coasser avec vigueur et sautent d’une feuille à l’autre pour marquer leur territoire.
Les femelles, plus discrètes, descendent de leur perchoir. Plusieurs mâles peuvent alors leur sauter dessus dans une belle pagaille.
Celui qui arrivera à se positionner correctement sur la femelle remportera le droit de s’accoupler.
Le mâle, accroché à la femelle, féconde les œufs qu’elle pond. Les œufs sont déposés sur une feuille qui surplombe un plan d’eau.
A l’éclosion, les têtards tomberont dans la rivière ou dans l’étang. Ils pourront y achever leur métamorphose.
Après chaque ponte, la femelle doit aller dans l’eau car il est impératif que les œufs soient toujours humidifiés.
La ponte peut durer un jour voire plus.
Il n’est pas rare que la femelle change de partenaire au moment où elle doit retourner dans l’eau.
Le nouveau prétendant, qui a chassé l’ancien, s’accroche alors à son tour et fertilise les nouvelles pontes.
Il arrive que plusieurs mâles restent ainsi accrocher à une seule femelle pendant plusieurs jours.
Et tous les mâles essayent alors de féconder les œufs.